L’étrange verbe gosser

À l’origine, le verbe gosser signifiait tailler approximativement un morceau de bois avec un couteau ou un canif. Ce verbe a ensuite donné naissance à gosser comme synonyme de créer ou réparer approximativement quelque chose.

— Je t’ai gossé une nouvelle serrure, mais tu devras bientôt en installer une neuve.

L’emploi du verbe gosser sous-entend généralement un échec ou un résultat approximatif.

Gosser: les sens du verbe gosser en langue québécoise

Les autres sens de gosser

1 — Gosser peut aussi vouloir dire jouer avec les nerfs de quelqu’un, l’exaspérer.

«Il n’arrête pas de me gosser avec ses commentaires.»

«Pas moyen de prendre une décision sans qu’il se mette à nous gosser

«La prochaine fois qu’il me gossera, je lui fous mon poing sur la gueule.»

2 —  Gosser peut aussi vouloir dire perdre son temps.

«J’ai perdu mon samedi à gosser

«Arrête donc de gosser, on va être en retard à notre rendez-vous»

«J’haïs ça les réunions, on ne fait rien d’autre que gosser».

3 — Il ne faut pas oublier gossage, dérivé du verbe gosser. Le mot gossage veut dire une perte de temps causée par de la désorganisation ou de la tracasserie.

«Quoi? Il faut remplir tous ces nouveaux formulaires? C’est rien que du gossage inutile.»

4 — Finalement, gosser a donné naissance à gossant, synonyme d’ennuyeux.

« C’est gossant à la longue. Chaque fois que je me présente pour mon rendez-vous chez le médecin, il arrive avec deux heures de retard.»

Les Québécois et les Français n’ont pas les mêmes gosses.

Il arrive que d’un côté ou de l’autre de l’Atlantique, certains mots adoptent des significations nouvelles. Ces sens, inconnus pour un «étranger» provoquent souvent d’amusants quiproquos. Par exemple, le mot gosse qui en France signifie «enfants» est employé au Québec dans le sens de couilles.

Un Québécois éprouve toujours un certain malaise lorsqu’il entend un collègue français lui dire qu’il a hâte d’aller jouer avec ses gosses.

À noter qu’au Québec, le mot gosse est de genre féminin. Voilà peut-être la raison qui explique pourquoi les Québécois emploient souvent, à tort, le mot testicule au féminin.

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris