Tataouiner, s’épivarder et enfirouaper, trois mots québécois

Lors de son passage à la version québécoise de l’émission Tout le monde en parle, Dany Laferrière, de l’Académie française, a partagé son amour de certains mots bien québécois. Nous vous en présentons trois: tataouiner, enfirouaper et s’épivarder.

Tataouiner

Le verbe tataouiner signifie hésiter longtemps avant de prendre une décision.

Arrête de tataouiner, on va être en retard !

Arrête de tataouiner, on va être en retard !

— Ça fait trois mois qu’il tataouine sur le choix de la voiture qu’il veut acheter. Selon moi, ça va prendre encore trois ans avant qu’il ne décide.

— Si on cessait de tataouiner, on arriverait peut-être à respecter l’échéancier de production.

Le verbe tataouiner a donné naissance au mot tataouinage, synonyme d’indécision, de perte de temps.

— La réunion de ce matin, c’était rien que du maudit tataouinage.

— Tu m’épuises avec ton tataouinage !

— Fini le tataouinage, c’est le temps de passer à l’action.

À noter que tataouiner se prononce tata-oui-ner, tata-oui-nage

Enfirouaper

Le verbe québécois enfirouaper signifie, entre autres, duper quelqu’un, le tromper par de belles paroles.

— N’achète rien de Jules ! Il va t’enfirouaper avec ses belles promesses.

— Monsieur Tremblay, je suis vraiment à bout de patience. Je vais vous poursuivre en justice. Il y a toujours des limites à se laisser enfirouaper!

— Jules a perdu sa touche. Il n’arrive plus à enfirouaper les gens aussi facilement qu’avant.

S’épivarder

Le verbe épivarder possède plusieurs significations dont celle de se secouer pour se nettoyer les plumes (en parlant des oiseaux). Par extension, s’épivarder veut dire bouger beaucoup, s’exciter.

— Dès que les premiers flocons de neige sont tombés, les petits se sont mis à s’épivarder partout dans la cour d’école. Je n’avais plus aucune autorité sur eux.

Le verbe épivarder peut aussi vouloir dire perdre son temps à des riens, se disperser.

— On ne passera pas la journée à s’épivarder sur ce dossier-là! On prend une décision et on passe à autre chose.

S’épivarder est parfois synonyme de faire la fête sans retenue, avec insouciance.

— Jules et Julie sont partis s’épivarder à New York pour le week-end de Pâques.

 

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris