T’sé veut dire

Plusieurs Québécois utilisent les locutions t’sé ou t’sé veut dire, qui sont des contractions de «tu sais» et de «tu sais ce que je veux dire». Elles étaient très présentes dans la langue parlée jusque dans les années 1990, mais leur fréquence diminue progressivement. «T’sé» ou «t’sé veut dire» servent surtout à ponctuer le discours, à établir un lien avec un interlocuteur. Un peu comme lorsque les anglophones terminent leurs phrases par «right ?».

«T’sé» peut donc se traduire par «tu vois» ? , mais avec un degré supplémentaire de familiarité.

T’sé ou tsé

— L’art moderne, t’sé, c’est pas fort fort.

— C’est toujours moi qui doit faire le sale travail, t’sé.

— T’sé, l’amour c’est pas facile. On s’embarque là-dedans sans trop savoir comment faire.

T’sé veut dire

«T’sé veut dire» est souvent lié à une certaine forme d’indignation, de frustration.

— Il est gentil avec moi seulement quand il a besoin d’argent. T’sé veut dire?

— Les politiciens réduisent nos services en même temps qu’ils réduisent les impôts des riches. T’sé veut dire?

— Chaque fois qu’il s’absente du bureau pour cause de maladie, ça tombe un vendredi. Tsé veut dire?

À noter qu’à l’écrit, on retrouve souvent la forme «t’sé veut dire», même si selon les lois grammaticales, nous devrions plutôt écrire «t’sé veux dire» (tu sais ce que je veux dire). Dans la langue écrite, «t’sé veut dire» est seulement employé lorsqu’on rapporte les paroles de quelqu’un ou dans les dialogues.

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris