Tough ou toffe ?

Le mot tough est un bel exemple d’un mot anglais qui s’est faufilé dans la langue française du Québec. Peu présent dans la langue écrite, on l’entend pourtant régulièrement dans la langue parlée où il est prononcé toffe.

Comme en anglais, le mot «toffe» a plusieurs significations. Il peut être utilisé comme nom, adjectif et aussi comme un verbe, dans sa version «tougher» (toffer).

Lui, c’est un tough!

Le mot «tough» (toffe) employé comme nom signifie parfois dur à cuire.

Jules joue au tough (toffe)

Jules joue au tough (toffe)

— Mon fils m’inquiète. Il a commencé à fréquenter des toughs.

— Jules joue au tough, mais il a peur de tout le monde.

— C’est le plus jeune de la bande, mais c’est lui le plus tough.

Le mot «tough» (toffe) employé comme adjectif décrit quelqu’un de très résistant, de tenace.

— Jules est vraiment tough. Il s’entraîne malgré une fracture à la clavicule.

— Je ne le savais pas si tough. Malgré toutes les épreuves qu’il a subies, il a terminé ses études avec succès.

— Je ne pensais pas qu’il fallait être aussi tough pour réussir en musique.

C’est trop tough!

Le mot «tough» (toffe) peut aussi vouloir dire difficile, ardu.

— L’examen était vraiment tough.

— J’ai essayé de courir un marathon, mais c’était trop tough pour mes genoux.

On emploie souvent le mot «tough» dans des formulations négatives. Dans ce contexte, «tough» sert généralement à critiquer quelqu’un.

— C’était pourtant pas ben tough à comprendre (sous-entendu : même un crétin comprendrait ça).

Le verbe franglais tougher

Le mot «tough» a donné naissance au verbe franglais «tougher», que l’on prononce toffer. Ce verbe signifie endurer, résister, tenir le coup.

— J’ignore combien de temps encore je vais être capable de toffer dans ces conditions.

— J’ai toffé trois mois avant de démissionner. C’était un milieu de travail trop toxique pour moi.

— J’ai l’habitude de toffer jusqu’au bout. Je ne vois pas pourquoi je laisserais tomber cette fois-ci.

Il toffe, mais il achève

Pour bien comprendre l’expression il toffe, mais il achève, il faut savoir qu’au Québec, le verbe achever veut aussi dire se terminer ou être sur le point de mourir.

La locution «il toffe, mais il achève», qui dans la langue parlée est dite «y toffe, mais y achève», est employée pour dire qu’une personne devrait déjà être morte, mais qu’elle déjoue les pronostics.

Cette formule est presque toujours employée en lien avec des personnes acariâtres, difficiles à satisfaire. Il est important de noter que nous n’utilisons jamais cette expression pour parler de l’état de santé de gens qui nous sont chers.

Par extension, cette expression est aussi utilisée pour décrire des gens en fin de parcourt professionnel qui s’accrochent à leur position. Par exemple, un politicien qui, malgré des scandales, refuse de démissionner.

— (En parlant d’un ministre.) Il toffe, mais il achève. Un autre faux pas de da part et on va être capable de s’en débarrasser.

 

Si vous recherchez d’autres mots, n’hésitez pas à consulter notre dictionnaire québécois en ligne.

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris