Se faire passer un sapin

Connue de presque tous les Québécois, l’expression se faire passer un sapin signifie « se faire avoir, se faire duper, se faire tromper ».

Passer un sapin, expression québécoise
Source : site de la CSN

Cette expression remonte à l’époque où des personnes malhonnêtes vendaient du bois du sapin baumier, commun au Québec, mais de très faible valeur, en le faisant passer pour du bois de pins ou d’épinettes (épicéa), des essences de meilleure qualité.

— À la dernière négociation de la convention collective, on s’est fait passer un sapin par la direction. Il faut toujours lire les petits caractères avant de signer.

— Encore une fois, mon garagiste a tenté de me passer un sapin. Il voulait me faire croire que mes freins étaient finis, alors qu’ils n’ont que 3000 km d’usure.

— Au centre d’horticulture, j’ai acheté des plantes exotiques. Mais je n’avais pas vu qu’elles étaient infestées de parasites et de champignons. J’ai des insectes partout dans la maison. Je me suis vraiment fait passer un sapin.

Tanné de se faire passer un sapin

Pour bien comprendre le sens du titre Tanné de se faire passer un sapin, il faut aussi connaître le sens du mot tanné.

Le verbe se tanner ou être tanné veut dire « en avoir assez, avoir dépassé sa limite de sa tolérance, ne plus être capable d’endurer une situation ».

— Je commence à être vraiment tanné de ma job. L’idée de travailler encore dix ans avant de prendre ma retraite me donne envie de vomir.

— Julie était tannée des menteries de Jules. Il y a huit jours, elle est partie vivre chez sa mère avec les deux petits.

— Je t’avertis, je suis pas mal tanné. La prochaine fois que tu me picosses, je te sacre mon poing sur la…

Donc, « il est tanné de se faire passer un sapin » se traduirait en français standard par « il en a marre de se faire duper ».

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris