Pardon, je n’ai pas bien compris. Pouvez-vous répéter?

Ah… le fameux accent québécois qui déroute tant les autres francophones. En fait, sans nous en rendre compte, même les Québécois unilingues français qui ne saisissent pas un traître mot d’anglais sont influencés par la musicalité de la langue américaine. Voilà pourquoi nous allons souvent au zoo (prononcer zou) plutôt qu’au zoo (prononcer zo) et qu’il nous est très difficile de dire fantastique, sans placer l’accent tonique au début du mot plutôt qu’à la fin, comme le veut l’usage en français.

Ces différences de sonorité expliquent pourquoi les Français ont besoin de quelques heures, ou de quelques jours, pour s’habituer à notre accent. Cette musicalité distincte explique aussi pourquoi en anglais, les accents québécois et français sont si éloignés l’un de l’autre.

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris