Le mot chien dans la langue québécoise

Les chiens ne sont pas populaires qu’en France. Ils le sont aussi au Québec. On les retrouve partout, même dans plusieurs de nos expressions.

Avoir la chienne

Au Québec, l’expression avoir la chienne ne signifie pas, comme on pourrait le croire, posséder une chienne. Avoir la chienne est plutôt synonyme d’« avoir très peur, être terrifié ».

Nous pouvons ainsi dire : j’ai vraiment la chienne des gros chiens ; ou mon chien a la chienne du vétérinaire.

Julie a la chienne du dentiste.
Julie a la chienne du dentiste. Elle ne parvient pas à se contrôler.

— Quand j’ai entendu quelqu’un marcher dans le salon, la chienne m’a prise. Je n’étais même pas capable de signaler le 911 (le verbe signaler est synonyme de « composer un numéro », et le 911 est le numéro d’appel d’urgence).

— Je ne ferai plus jamais de parachutisme. J’ai vraiment eu la chienne de mourir.

Avoir du chien

Il est facile pour un non-Québécois de confondre les expressions avoir la chienne et avoir du chien. Malgré leur apparente similarité, ces deux expressions expriment des idées très différentes.

Avoir du chien signifie « avoir de l’énergie, de la détermination, être débrouillard ». Il faut faire attention de ne pas lui donner le sens d’« avoir du charme », comme c’est parfois le cas en France.

— Jules n’abandonnera pas son projet de start-up. Il a beaucoup trop de chien pour laisser tomber après un premier revers.

Je n’ai plus autant de chien qu’à mes vingt ans. Mais je ne m’en porte pas plus mal.

Le chien comme adverbe

La locution en chien est employée comme adverbe. Elle signifie alors « très, beaucoup ».

— Le doberman du voisin m’a mordu. Ça fait mal en chien.

— L’examen pour devenir vétérinaire était difficile en chien.

— J’ai trouvé ça dur en chien de dresser mon chien. Il n’en faisait qu’à sa tête.

Le chien sale

Nous utilisons l’insulte « t’es rien qu’un maudit chien sale » pour dire à une personne qu’elle est méchante, vicieuse, ou sournoise.

— Depuis notre divorce, mon ex s’est transformé en gros chien sale.

— Jules tire une grande fierté d’être un gros chien sale en affaires.

À la rigueur, on pourrait même qualifier un chien dangereux de « chien sale ».

— Rex est un vrai chien sale, dans tous les sens du mot.

Coup de chien, coup de cochon

On peut faire un coup de chien à quelqu’un. On lui fait alors un coup de cochon, c’est-à-dire un coup de salaud, un coup fourré. Coup de chien et coup de cochon sont synonymes.

— Avant de mourir, mon grand-père a réussi à nous faire un dernier coup de chien. Il a modifié son testament pour tout donner à son chat.

— Je ne veux plus parler à Jules. Je suis peut-être rancunier, mais il m’a fait trop de coups de chien pour que puisse passer l’éponge.

— Jules n’hésite pas à faire des coups de chien si cela peut aider à sa carrière.

Fucker le chien

Attention, ce qui suit fait partie de la langue très familière : au Québec, nous fuckons le chien. Cette locution, qui étonne et déroute les touristes français, est beaucoup moins vulgaire qu’elle n’y paraît. En effet, fucker le chien signifie simplement « perdre son temps à faire quelque chose, avoir du mal à faire quelque chose, déployer des efforts inutiles ».

J’ai fucké le chien tout l’après-midi, et mon ordinateur ne fonctionne toujours pas.

— Je suis à bout. J’ai fucké le chien toute la fin de semaine (week-end) et je n’ai pas trouvé l’origine de la fuite d’eau.

— Est-ce que tu peux arrêter de fucker le chien et commencer à travailler pour vrai ?

Un chien de poche

Pour bien comprendre l’expression chien de poche, il faut savoir que les chiens de poche sont de très petits chiens, habituellement trop petits pour marcher longtemps à côté de leurs maîtres. Ces derniers doivent souvent les porter dans leurs bras s’ils désirent se rendre quelque part rapidement.

Nous utilisons l’expression un chien de poche pour décrire une personne qui est toujours à la remorque des autres.

— La nouvelle blonde de mon garçon le traite comme son petit chien de poche. Mon cœur de père saigne.

— Ne confie rien à Jules. C’est le chien de poche du patron. Il va lui rapporter toutes tes paroles pour gagner ses faveurs.

S’habiller comme la chienne à Jacques

L’expression s’habiller comme la chienne à Jacques signifie « être mal vêtu ». On utilise rarement cette expression en présence de la personne en question, à moins de vouloir déclencher un conflit, bien entendu.

Les fameux chiens chauds

Finalement, au Québec, plusieurs Français nous disent être surpris de découvrir que nous mangeons des chiens chauds, la traduction de hot-dog. Bien que les termes chiens chauds apparaissent souvent sur les menus, c’est toujours le mot hot-dog qui reste le plus employé dans la langue parlée.

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.