Les faux français

La langue anglaise ressemble parfois au français. Le mot « table » en est un bel exemple; il s’écrit de façon identique dans les deux langues. Partout dans la francophonie, mais particulièrement au Québec, cette similitude a engendré un curieux phénomène : des mots bien français ont pris leur sens anglais. Par exemple, le mot change est souvent utilisé à la place du mot monnaie. Il est donc normal qu’un Français ne comprenne pas immédiatement le sens de la question :

« As-tu du change ? »

Et encore moins :

« As-tu du change pour mon cinq piastres ? » qui se traduit par « As-tu de la monnaie pour mon cinq dollars ? »

Le mot « anxieux » est un autre bel exemple : il est souvent utilisé avec son sens anglais avoir hâte plutôt que son sens français, qui ressent de l’anxiété, inquiet, angoissé. Ne soyez pas surpris si votre hôte québécois vous dit, « Je suis anxieux de vous voir ». Il ne redoute pas votre rencontre, au contraire, il a hâte de vous accueillir, dans un mélange des deux langues officielles du Canada.

Mais les glissements de sens ne sont pas exclusifs au Québec. Par exemple, des deux côtés de l’Atlantique, l’adjectif « drastique » est maintenant abondamment utilisé avec l’acceptation anglaise de draconien, rigoureux, radical. Cette utilisation a maintenant fait son chemin dans les dictionnaires et est admise par l’Académie française. Le sens premier du mot drastique est purgatif énergique,tiré du grec drastikos, qui agit. L’adjectif se dit d’un médicament qui purge énergiquement.

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris