Le bonhomme québécois

Parfois affectueux, parfois péjoratif, le mot bonhomme est très présent dans le vocabulaire des Québécois.

D’abord, les petits Québécois adorent regarder les petits bonshommes. Au Québec, la locution petits bonshommes est synonyme de dessins animés.

— Mon plus jeune peut regarder les petits bonshommes pendant des heures sans dire un mot.

— J’ai appris l’anglais en écoutant les petits bonshommes à la télévision anglophone.

— Mon petit bonhomme préféré, c’était Fred Caillou.

Nous utilisons aussi la locution petits bonshommes pour parler des bandes dessinées (en version papier).

— Je ne lis jamais les journaux. Je ne fais que jeter un coup d’œil aux petits bonshommes.

À noter que nous prononçons habituellement le singulier et le pluriel de la même façon. Le «s» du pluriel bon(s)hommes reste muet la plupart du temps.

La neige à bonhomme

La neige à bonhomme, c’est de la neige fondante qui permet de faire des boules de neige, donc de sculpter des bonshommes de neige. Pour les lecteurs peu familiers avec les différentes sortes de neige, il faut savoir que la neige fondante (lorsque la température avoisine les 0 °C) est plus collante. Elle est donc plus facile à façonner. Tandis qu’à une température de -20 °C, les flocons se lient difficilement entre eux. Par grands froids, il est plus ardu de faire des bonshommes de neige.

Mon bonhomme et mon petit bonhomme

Mon petit bonhomme est un terme affectueux qu’un père, par exemple, utilise pour parler de son fils.

— Je ne croyais pas qu’avoir un petit bonhomme allait changer ma vie à ce point.

Mais attention, le mot bonhomme utilisé seul est parfois synonyme de père. Dans ce contexte, bonhomme peut être un terme affectueux ou péjoratif.

— Je suis inquiet, mon bonhomme commence à être malade.

— Ma mère veut que j’aille l’aider. Depuis qu’il a pris sa retraite, le bonhomme n’est plus endurable.

Le beau bonhomme

On appose l’adjectif beau à bonhomme lorsque l’on veut complimenter l’aspect physique d’un homme. La locution beau bonhomme permet de faire un compliment sur le physique d’un homme sans entrer dans le jeu de la séduction.

—Il est beau bonhomme ton nouvel amoureux.

— Ma sœur s’est trouvé un beau bonhomme.

— T’es vraiment beau bonhomme sur ta nouvelle photo de Facebook.

Va donc chez le bonhomme

Lorsqu’on dit à quelqu’un d’aller chez le bonhomme, on l’invite à aller se faire voir, à aller au diable (au Québec, nous disons plutôt «aller chez le diable»).

Va donc chez le bonhomme et sacre-moi patience.

— Tu peux bien aller chez le bonhomme ! Je n’en ai rien à foutre de ce que tu penses.

Bonhomme Carnaval et bonhomme Sept-Heures

Il ne faut pas les confondre Bonhomme Carnaval et Bonhomme Sept-Heures. Le Bonhomme Carnaval, c’est la mascotte du Carnaval de Québec (connu par tous les Québecois) ; tandis que le Bonhomme Sept-Heures est un personnage imaginaire qu’on menace d’appeler quand les enfants refusent d’aller se coucher.

 

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris