Fournir à la demande

Au Québec, nous employons le l’expression fournir à la demande comme synonyme de « répondre à la demande, suffire à la tâche, suivre le rythme ». Elle est habituellement employée dans une tournure négative. Elle signifie alors « être débordé, être submergé par une tâche ».

Je ne fournis plus à la demande. Mon seul objectif est de terminer mes journées sans faire de burn-out.

— Je n’arrive plus à fournir à la demande. Mes clients sont très mécontents. Je ne sais plus quoi faire.

— Tesla n’arrive pas à fournir à la demande. Cela crée un doute sur la viabilité de l’entreprise.

Le verbe fournir peut s’employer seul, sans l’ajout du complément « à la demande ».

— J’ai pris trop de retard dans mes études. Je ne fournis plus. J’ai peur d’échouer.

— Je suis épuisé. Avec un nouvel emploi et des jumeaux en bas âge, je ne fournis plus.

Être en demande

L’expression être en demande est un calque de l’anglais to be in demand. Une personne en demande est à la mode, populaire.

Les billets pour le spectacle de U2 sont très en demande. Les gens attendent des heures pour s’en procurer.

— Depuis son apparition à la télévision, Julie est très en demande. Elle a reçu plusieurs invitations pour passer des auditions.

— Les diplômés en médecine sont très en demande en région. Ils peuvent demander la lune.

— Les imprimeurs sont de moins en moins en demande avec l’essor du web.

L’expression être en demande s’utilise aussi pour parler d’objets.

— Ce nouveau modèle de portable est très en demande. La compagnie ne fournit plus.

— Les meubles au design des années 1950 sont très en demande cette saison.

— Les placements REER sont moins en demande depuis quelques années. Les jeunes choisissent de vivre des expériences plutôt que d’économiser pour leurs vieux jours.

Faire la grande demande

L’expression faire la grande demande signifie « demander une personne en mariage de façon solennelle ».

Jules a fait la grande demande à Julie. Ce qu’il n’a pas dit c’est qu’il a payé la bague avec leur carte de crédit commune.

— Après dix ans de fréquentations, Jules lui a enfin fait la grande demande.

— Je n’en reviens pas. On se connaît à peine et il m’a fait la grande demande.

À noter que cette expression amusante, autrefois très en vogue, disparaît peu à peu de l’espace linguistique.

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris