Je file pas pantoute : un mélange franglais-québécois

L’expression «Je file pas pantoute» est tirée du I feel anglais : je sens, je ressens, j’éprouve;  et de pantoute, un adverbe québécois qui signifie pas du tout, du tout ou aucunement.

«Je file pas pantoute» veut donc dire que «je ne me sens vraiment pas bien».

Le franglais sert souvent à exprimer des états d’âme, comme  l’expression filer cheap qui sert à exprimer un sentiment de culpabilité.

— Je file assez cheap d’avoir oublié ton anniversaire.

— Je file un peu cheap d’avoir eu la promotion à sa place.

Je me sens down

Nous employons aussi les expressions «je suis down», «je me sens down» ou «je file down» pour exprimer un état de tristesse, d’apathie.

— Je suis down depuis que j’ai été refusé à l’école de théâtre.

— Je ne sais pas ce que j’ai, mais je me sens down depuis quelque mois.

Il n’y a pas que les humains qui peuvent être down. Les ordinateurs et les systèmes informatiques aussi sont parfois down.

— Je ne peux pas vous donner votre rendez-vous tout de suite, notre système est down.

— Je ne peux pas lire mes mails, mon ordinateur est down.

Je badtrippe

Au Québec, nous créons aussi des verbes du premier groupe à partir de mots anglais. Ainsi, les mots bad trip (mauvais rêve, mauvais voyage, effets paniquants) ont donné naissance au mot badtrip et au verbe verbe badtripper.

Ce verbe franglais peut signifier vivre un mauvais moment, un état de malaise profond ou de terreur, parfois causé par des drogues hallucinatoires. Mais il est surtout employé pour décrire un sentiment de forte angoisse ou de dépression.

— J’ai juste à penser qu’elle ne m’aimera plus pour que je me mette à badtripper.

— Je badtrippe assez depuis que j’ai découvert que j’avais une masse au ventre. J’ai hâte de voir le médecin.

C’est tough sur le moral

Tough qui signifie ardu, rude, dur, pénible, résistant en anglais est souvent employé tel quel dans la langue québécoise.

— Des semaines de pluie sans jamais avoir de beau temps, ça vient tough sur le moral.

— Lui, c’est un vrai tough, il n’a jamais peur de personne.

— C’est l’homme le plus tough que j’ai rencontré. Il a terminé la compétition de vélo après s’être fracturé la clavicule.

Tough peut aussi servir à décrire une personne dure, brutale.

— Depuis qu’il se tient avec une bande de toughs (toffes), il se prend pour quelqu’un d’important.

— Il joue au tough, mais dans le fond c’est un grand sensible.

 

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris