Ferme ta boîte! D’accord, mais laquelle?

Le mot boîte se retrouve au cœur de nombreuses expressions québécoises. L’une des expressions les plus connues est ferme ta boîte, synonyme de tais-toi, boucle-laferme-la.

L'expression québécoise Ferme ta boîte ! Ou tout simplement, ta boîte !

Ferme ta boîte ! Je ne veux plus t’entendre.

— Peux-tu fermer ta boîte deux minutes pour que je puisse penser.

— Là, tu fermes ta boîte. Tu prends tes affaires et tu t’en vas.

—Si tu ne te fermes pas ta boîte immédiatement, je te fous mon poing…

Cette expression tirerait son origine de l’époque des premiers téléphones, alors appelés des boîtes téléphoniques. À cette époque, il n’y avait souvent qu’une seule ligne téléphonique pour desservir des dizaines de clients et même des villages entiers. Pour téléphoner, il fallait demander aux autres utilisateurs de fermer leur boîte afin de libérer la ligne.

Un autre désavantage de ce système était que tous les curieux pouvaient écouter les conversations des autres. Heureusement, un déclic se produisait lorsqu’une personne décrochait pour épier ses voisins. On lui ordonnait alors de fermer sa boîte. À l’origine, cette expression signifiait autant «arrête de parler» que «cesse d’écouter». Aujourd’hui, elle ne sert qu’à dire de se taire.

La boîte à lunch

La boîte à lunch, une autre locution bien québécoise, est une petite boîte, généralement munie d’une poignée, dans laquelle on apporte son repas au travail ou à l’école.

— Oh non! J’ai encore oublié ma boîte à lunch dans le métro.

— Est-ce que tu viens au resto avec nous? Non, j’ai ma boîte à lunch.

Plusieurs restaurants qui offrent des repas légers se nomment La boîte à lunch.

La boîte à malle et autres boîtes

Nous avons aussi des boîtes à malle, équivalent de boîtes aux lettres, et des boîtes téléphoniques (tirés de l’anglais) qui sont en fait des cabines téléphoniques. Cet anglicisme devrait disparaître de l’usage en même temps que les cabines s’effacent du mobilier urbain.

Dans le domaine judiciaire, on entend parfois boîte des témoins (de l’anglais witness box) comme synonyme de barre des témoins.

Au Québec, nous utilisons des boîtes à bois, qui sont des coffres destinés au rangement du bois de chauffage.

Nous décorons nos maisons avec des boîtes à fleurs, synonymes de jardinières, de caisses à fleurs ou de balconnières (ce dernier mot est rarement utilisé au Québec).

La boîte à chanson

Et finalement, plusieurs touristes français aiment bien se retrouver dans une boîte à chansons, qui est un établissement où des chansonniers interprètent leurs œuvres ou celles d’artistes renommés pendant que les clients consomment des boissons alcoolisées.

 

Si vous désirez découvrir d’autres mots du Québec, nous vous invitons à consulter notre dictionnaire québécois.

 

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris