Être sur les nerfs ou sur le gros nerf

Le mot nerf se retrouve au centre de nombreuses expressions québécoises très colorées qui sont autant de façons de dire notre énervement.

Être sur le gros nerf ou être sur les nerfs signifie « être très nerveux, très anxieux ».

L'expression québécoise «Être sur le gros nerf»

Chaque fois que je passe une entrevue d’embauche, je suis sur le gros nerf.

— Je n’ai pas dormi de la nuit, j’étais sur le gros nerf parce que j’ai une entrevue importante cet après-midi.

— La journée va être longue : le patron est sur le gros nerf.

— Je veux quitter mon emploi. Je suis épuisé d’être toujours sur le gros nerf.

Calme-toi le gros nerf !

L’expression se calmer le gros nerf est simplement une version superlative de « se calmer ».

Découvrir l'expression québécoise : « Calme-toi le gros nerf»

Là, tu te calme le gros nerf avant de me dire quoi que ce soit.

— Tu reviendras me parler quand tu te seras calmé le gros nerf.

— Commence par te calmer le gros nerf avant de penser à m’insulter.

Dans le feu des échanges émotifs, cette expression connaît des variantes. Sa version la plus courte est « les nerfs ! » dit sur un ton sec et tranchant. « Eille ! Les nerfs, on se calme ! »

Se mettre sur le gros nerf

Se mettre sur le gros nerf signifie « se stresser, se mettre beaucoup de pression, souvent inutilement ».

— Il faut que j’apprenne à me détendre. Un rien me met sur le gros nerf.

— Le téléphone a sonné au beau milieu de la nuit. Ça m’a mis sur le gros nerf pour le reste de la journée.

Tomber sur les nerfs

On peut aussi tomber sur les nerfs de quelqu’un lorsqu’on l’exaspère. On le rend alors incapable de nous supporter. L’émotion est intense.

— Sa façon de respirer bruyamment me tombe tellement sur les nerfs. Je suis incapable de travailler à côté de lui.

On tombe sur les nerfs, et on peut aussi taper sur les nerfs.

— Chaque petit geste qu’il fait me tape sur les nerfs.

Pogner les nerfs

Pour terminer, lorsque nous sommes sérieusement énervés, nous pognons les nerfs.

Je pogne les nerfs à la moindre contrariété. Je pense que j’ai besoin d’une thérapie.

— Jules est pénible. Il pogne les nerfs chaque fois qu’il perd à un jeu.

Pour démystifier l’étrange verbe pogner, nous vous invitons à consulter l’article Les nombreuses significations de « pogner ».

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris