Deux prises… de quoi ?

Le sens de l’expression Il a deux prises contre lui est opaque pour un non-Québécois.

Pour la comprendre, il faut connaître le baseball. En effet, une fois au bâton, le frappeur a trois chances pour frapper la balle, sinon il est retiré. Donc, si le joueur s’est élancé deux fois dans le vide (sans réussir à frapper la balle), il ne lui reste qu’une seule chance. On dit alors qu’«il a deux prises contre lui».

Avoir deux prises dans la vie de tous les jours

Dans la vie quotidienne, lorsqu’on dit qu’une personne «a deux prises contre elle», on veut dire que cette personne est dans la soupe chaude. Par exemple, qu’elle est sur le point d’être congédiée, d’être mise à la porte de son appartement ou de recevoir la visite d’un huissier à sa prochaine bêtise. Elle n’a plus le droit à l’erreur.

— Quand je suis arrivé à l’entrevue, je savais que j’avais déjà deux prises contre moi. Mes attentes n’étaient pas très élevées.

— Je l’ai averti qu’il partait avec deux prises contre lui. À la moindre erreur, je te mets à la porte.

Cette expression peut aussi servir d’avertissement.

Dans ce contexte, «tu as déjà deux prises contre toi» est synonyme de «c’est ta dernière chance, ne la manques pas.»

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris