Une carte de mode

Les mots carte et mode ont donné naissance à une expression bien québécoise  : être habillé comme une carte de mode. Cette expression est synonyme d’« être tiré à quatre épingles, être habillé avec élégance ».

Même en voyage, Julie est toujours habillée comme une carte de mode.

— Même avec quatre enfants en bas âge, Laura est toujours habillée comme une carte de mode.

— Ce n’est pas parce que je suis laid que je vais me priver d’être habillé comme une carte de mode.

— Jule se rend à ses traitements à l’hôpital habillé comme une carte de mode. Il est vraiment fier-pet.

L’expression fier-pet, et sa version féminine fraîche-pet, est synonyme de « vaniteux, prétentieux, orgueilleux ».

À noter qu’au Québec on se met sur son 36 alors qu’en France vous vous mettez sur votre 31, voir l’article Pareil, pas pareil.

Être à côté de la carte

L’expression être à côté de la carte est le synonyme québécois d’être à côté de la plaque. Les deux expressions sont toutefois utilisées au Québec.

— J’étais vraiment à côté de la carte quand j’ai pensé que j’aurais la promotion. En fait, j’ai été congédié.

— On était à côté de la carte quand on prévoyait la disparition rapide de Netflix.

— Je pensais réussir l’examen, mais j’étais à côté de la plaque. J’ai échoué.

Perdre la carte

Au Québec, lorsqu’on perd la carte, on divague ou on tient des propos erratiques, souvent de façon agressive.

— La pression lui a fait perdre la carte. Il a vraiment dit n’importe quoi au journaliste.

Perdre la carte s’utilise aussi pour qualifier un comportement inhabituel, étrange ou violent.

— Je ne sais pas ce que tu lui as dit, mais après t’avoir parlé, il a complètement perdu la carte.

Mettre quelqu’un sur la carte

L’expression mettre quelqu’un sur la carte est un calque de «to put someone on the map».

Nous utilisons cette expression pour dire que nous plaçons quelqu’un en vedette, que nous voulons le faire connaître du public ou des consommateurs.

— C’est son rôle dans le film Crazy qui a mis Marc-André Grondin sur la carte.

À noter, que la locution franglaise «mettre quelqu’un sur la map» est aussi utilisée son calque français.

— On va faire une campagne virale pour le mettre sur la map.

Dans l’univers marketing, ils peuvent aussi bien mettre quelqu’un que quelque chose sur la map.

Se faire carter

Le mot carte a aussi donné vie au verbe se faire carter, qui signifie se faire demander sa carte d’identité à l’entrée d’un établissement où l’on sert des boissons alcoolisées afin de vérifier si la personne est majeure. «Après m’avoir carté, le doorman m’a empêché d’entrer. Il croyait que ma carte d’identité était fausse.»  Au Québec, le mot «doorman» est souvent utilisé comme synonyme de videur. Dans son sens européen, est peu utilisé au Québec. On lui préfère «doorman» ou tout simplement «portier».

Nous vous invitons à lire l’article Se faire carter pour connaître plus en profondeur le sens de cette expression.

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris