Swigne la bacaisse dans le fond de la boîte à bois

L’expression swigne la bacaisse dans le fond de la boîte à bois est une invitation à danser, à faire la fête. Elle sert à inciter les gens à se débarrasser rapidement du travail en cours afin de célébrer avec les autres, de se joindre aux festivités.

Une aquarelle de 1915 montrant un groupe dansant durant une veillée d'autrefois. Illustration choisie pour illustrer la vieille expression Swigne la bacaisse dans le fond de la boîte à bois.
Illustration : Edmond-Joseph Massicote

Les « calleurs » utilisaient cette expression pour dire aux danseurs de swigner. Le calleur est la personne qui appelle les figures de certaines danses folkloriques, le meneur de danse.

Quant au verbe swigner, il possède plusieurs significations. Dans ce contexte, il signifie « pivoter rapidement en gardant le poids sur le pied droit qui reste au centre et en se donnant des élans avec le pied gauche ». Ce verbe veut aussi dire « déplacer beaucoup d’air, être très animé » ou « balancer avec force, lancer ». On pourrait traduire « ça swigne! » par « ça déménage! ». Swigner s’écrit de nombreuses façons : swinger, swigner, souigner.

Une confusion due à la définition de bacaisse

Il existe une confusion quant au sens de cette expression. Cet imbroglio est né de la définition même du mot bacaisse qui, pour plusieurs Québécois, est avant tout une « femme corpulente », mais qui peut aussi désigner une bâche.

En effet, aujourd’hui, le mot bacais, ou baquaisse, est presque toujours employé dans le sens de « personne corpulente ». (À noter que le mot baquet — et ses nombreuses graphies : baquet, bacais et baquais — est un terme offensant qui stigmatise une caractéristique physique.)

Dans le contexte de cette expression, la bacaisse est plutôt une toile, ou une bâche, qui sert à transporter des bûches et des bouts de bois. L’hiver, le bois de chauffage était rangé à l’intérieur, dans un gros bac prévu à cet effet, que l’on appelle encore aujourd’hui la boîte à bois. « Swing la bacaisse dans le fond de la boîte à bois » se traduirait donc par « oublie les corvées et viens danser avec nous ».

Une autre interprétation possible

De nombreux nombreux Québécois imaginent une femme corpulente lorsqu’ils entendent swigne la bacaisse dans le fond de la boîte à bois. Ils donnent alors à cette expression l’explication suivante, quoique peu probable : bacaisse aurait le sens de « femme corpulente » et boîte à bois celui de « cercueil ». Ce serait donc une invitation à faire danser la femme corpulente jusqu’à l’épuisement, jusqu’à la mort. Une invitation à aller au bout du plaisir.

L’illustration est l’œuvre d’Edmond-Joseph Massicotte (1875-1929), un peintre des traditions populaires québécoises.

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.