Que veut dire ciboire en québécois ?

Ciboire est un juron très vulgaire faisant partie de la grande famille des sacres du Québec. Il est utilisé pour exprimer la colère, la rage, la frustration, le découragement, la lassitude et parfois l’étonnement. En français standard, on pourrait le comparer à putain ! ou bordel de merde !.

Pub, aujourd’hui disparu, qui jouait sur les nombreux sens du mot ciboire. Source de la photo : ici.artv

Ciboire est donc un sacre, c’est-à-dire un de ces mots d’église que les Québécois déforment pour jurer. Dans la religion catholique, le ciboire est le vase sacré à couvercle où sont conservées les hosties consacrées. On ne doit pas le confondre avec le calice, qui est le vase sacré dans lequel est consacré le vin lors de la messe et que nous avons transformé en « câlisse ».

En résumé : on mange les hosties du ciboire et on boit le vin du calice. Toutefois, il est très rare que nous fassions allusion à ce vase lorsque nous nous exclamons : « Ciboire ! »

Pour exprimer des sentiments négatifs, les Québécois n’hésitent pas à combiner les différents sacres, et cela, sans logique apparente. C’est l’élan lyrique, le souffle du locuteur ou sa créativité linguistique qui déterminent le résultat.

— Saint ciboire de câlisse de marde !

— Ciboire de tabarnak d’ostie de câlisse de marde !

— Ciboire de crisse !

Ciboire est une interjection. Elle exprime toutes sortes d’émotions, comme l’ennui : « Ciboire que le film était platte (ennuyant) ! » Ou l’exaspération : « Ciboire, Jules ! Mais pourquoi t’as fait ça ? » Comme pour tous les jurons, tout est dans le ton.

En ciboire et être en ciboire

Employé comme nom « un ciboire » est un salaud et « un petit ciboire », un petit sacripant.

— Le ciboire ! Je le savais que je pouvais pas me fier à lui.

—  Mon ciboire ! Si je te pogne (si je t’attrape), tu vas t’en rappeler toute ta vie !

— Le petit ciboire a encore caché mes lunettes !

Cibole, le petit cousin de ciboire

Pour atténuer le côté vulgaire et déplacé de ciboire, certains lui préfèrent cibole, une version plus douce et socialement mieux acceptée.

Cibole, ça prend trente secondes: titre d'une chronique de La Presse
Source : La Presse

— Ah cibole ! Mon ordinateur a planté et je n’avais pas fait de sauvegarde.

— Cibole ! Il y a encore de la construction sur la route.

Nous vous invitons à lire l’article Les sacres au Québec pour approfondir vos connaissances sur cette mystérieuse habitude linguistique des Québécois.

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.