Poêle ou cuisinière?

À l’origine, le poêle servait à chauffer une pièce ou une maison. On se servait de ce poêle pour cuire les aliments. À l’arrivée des cuisinières, nous avons conservé le mot poêle et il est encore fortement enraciné dans la langue parlée de tous les jours.

Un couple âgé font la cuisine. L'homme se tient devant le poêle, nom donné à la cuisinière par ce nombreux Québécois.
J’ai commencé à cuisinier à la retraite. Moi qui ne m’étais jamais approché d’un four de ma vie.

La poêle à frire s’appelle aussi poêle au Québec. Nous avons donc deux sortes de poêles, trois avec l’appareil de chauffage.

Cette particularité linguistique peut donner des phrase comme «laisse la poêle sur le poêle. On la lavera demain matin».

Vous remarquerez que la poêle, l’outil de cuisson, est féminin et que le poêle, la cuisinière, est masculin.

— Mon poêle neuf est déjà brisé. Ça fait deux fois que je fais venir les réparateurs. Ils ne réparent rien, ils ne font qu’aggraver le problème.

— J’ai aidé Jules à déménager. Nous avons eu assez de misère à descendre le poêle dans l’escalier en colimaçon! (Avoir de la misère : avoir du mal.)

— Chaque année à Noël, on s’offre un cadeau de couple. Cette année, Julie veut un poêle neuf. Moi, je pensais plutôt à un voyage. Je suis un brin déçu.

Il n’y a pas que le mot poêle qui possède un sens différent au Québec . Le mot chaudron aussi. Pour découvrir les subtilités québécoises du mot chaudron nous vous invitons à consultez l’article Bien plus qu’un chaudron .

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.