Les Z qui nous trahissent

Une  des particularités de la prononciation québécoise est celle de placer des zzz et des sss derrière les d et les t, là où rien ne l’y oblige. Il nous est en effet très difficile de dire le mot dzire sans placer un z sonore entre le d et le i. Un défi amusant pour un Québécois est celui de nommer les jours de la semaine sans prononcer aucun z; jeu facile pour un Européen, mais rempli d’embûches pour nous (quoique les Acadiens et les Gaspésiens réussissent généralement très bien ce petit test). Pour augmenter la difficulté du test, on peut rajouter des mots qui contiennent des t suivis d’un u ou d’un  : « Tu es parti dimanche et tu arriveras mardi avec de la tire d’érable et de la peinture », deviendra probablement dans la bouche d’un Québécois « Tsu es partsi dzimanche et tsu arriveras lundzi avec de la tsire d’érable et de la peintsure. »

Cette particularité langagière s’appelle l’affrication : c’est-à-dire qui laisse entendre un petit bruit de friction.

C’est généralement ces sons qui trahissent les Québécois qui tentent de camoufler leur accent. Même les plus doués d’entre nous dans l’imitation des accents laissent échapper à l’occasion des zzz et sss.

Notre accent laisse entendre bien d’autres particularités, mais nous n’allons pas nous étendre sur le sujet de la sonorité de notre langue. Nous éviterons ainsi de nous éterniser sur le débat la prononciation correcte du mot nombril (doit-on dire nombri ou nombrile ?). Nous nous concentrerons sur les mots, sujet bien assez vaste pour le moment.

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.