Les mots québécois pour dire « stupide »

La stupidité est un fléau qui touche toutes les sociétés, et chacune d’elles a développé un vocabulaire riche pour décrire les personnes « niaiseuses ».

La créativité linguistique québécoise dans ce domaine est sans limites, comme la bêtise humaine.

Un Québécois explique à un Français pourquoi le mot colon est une insulte.

1 — Gros colon

Au Québec, au fil du temps, le mot colon a gagné le sens de « fruste, grossier, ignorant ». Avoir l’air colon, c’est donc avoir l’air stupide, arriéré.

— Je m’excuse de te dire cela, mais t’as vraiment l’air d’un gros colon avec ton look de jeune ! Quand est-ce que tu vas accepter que tu n’as plus 20 ans ?

2 — Espèce d’habitant

Traiter quelqu’un d’habitant, c’est une façon non diplomate de lui dire qu’il est grossier, qu’il manque d’éducation. C’est l’équivalent de cul-terreux, plouc.

— J’ai pris (suivi) des cours sur le vin pour avoir l’air moins habitant dans les soirées mondaines. Je ne peux pas dire que ça soit un franc succès. Je pars à rire chaque fois que j’entends « rond en bouche ».

3 — Maudit moron

Le mot moron, synonyme d’« abruti, attardé, idiot », est un emprunt direct du mot anglais moron. Malgré son origine anglaise, nous le prononçons à la française, avec le « on » final fermé.

— Jules est découragé. Sa fille est enceinte d’un vrai moron.

4 — Épais au cube

Un épais, de l’anglais thick, n’est pas seulement quelqu’un qui manque de raffinement, c’est aussi quelqu’un de stupide. Cette injure s’accorde en genre avec la personne qu’il décrit : un épais, une épaisse.

— Dis-moi que tu fais exprès pour être épais de même (comme ça) !

Au cube, en mathématiques, signifie « à la puissance trois ». Donc, dans « épais au cube », cette locution joue le rôle d’un adverbe multiplicateur.

Le mot épais est aussi utilisé dans l’amusante expression être épais dans le plus mince, qui veut dire qu’une personne est épaisse (idiote), même dans ses plus petits racoins (recoins).

5 — Un vrai slomo

Un slomo, ou slowmo, est une création québécoise combinant deux mots anglais : slow et motion, « mouvement ralenti ». Slomo sert à qualifier une personne lente à saisir les instructions. En Europe, on dirait « être long à la détente », « lambin ».

— La réceptionniste à l’hôpital était une vraie slomo. J’ai eu le temps de guérir trois fois avant qu’elle ait fini de remplir la fiche d’inscription.

Le groupe d’humoristes québécois Rock et Belles Oreilles a créé la famille Slomeau, qui a marqué les jeunes du Québec dans les années 1980-1990.

La famille Slomeau
La famille Slomeau.

6 — Dur de comprenure

La comprenure, c’est la faculté de comprendre. Toutefois, de nos jours, ce mot est rarement employé seul. On l’utilise habituellement dans l’expression dur de comprenure, pour dire de quelqu’un qu’il est lent à comprendre quoi que ce soit.

— Je n’avais jamais eu autant d’étudiants qui étaient aussi durs de comprenure. Je suis épuisé. L’an prochain, je serai prêt à prendre n’importe quelle autre job, même vidangeur (éboueur).

Nous utilisons parfois dur de comprenure pour montrer notre exaspération devant l’entêtement de quelqu’un.

7 — À cause tu fais simple de même ?

L’expression très imagée à cause tu fais simple de même est la combinaison de trois tournures québécoises : à cause, synonyme de « pourquoi » ; faire simple, synonyme d’« agir stupidement », « manquer de profondeur ou d’intelligence » ; et de même, qui veut dire « ainsi, de cette façon ». Elle signifie donc : « comment peux-tu être aussi stupide ? »

— T’as roulé sur l’autoroute en plein mois de janvier avec tes pneus d’été. Tu peux bien avoir scrappé (abîmé) ton char (voiture). T’aurais pu te tuer. Non, mais, à cause tu fais simple de même ?

Pour en apprendre plus sur cette expression et sur le groupe Les Colocs qui l’a popularisée, consultez l’article À cause tu fais simple de même ?

8 — Un peu niaiseux

Le mot niaiseux est synonyme de « crétin, imbécile, niais ». À noter que l’usage du mot niaiseux est très fréquent au Québec, alors que niais n’est presque pas utilisé.
Niaiseux peut être un nom ou un adjectif : le niaiseux m’a posé une question stupide ; l’épais m’a posé une question niaiseuse.

— Jules est très beau, et c’est triste à dire, mais il est aussi un peu niaiseux. En fait, pas mal niaiseux.

Pour être moins niaiseux (ignorant) sur ce mot québécois, nous vous invitons à consulter l’article Niaiseux, niaisage et autres niaiseries québécoises.

9 — Sans dessein

En français standard, sans dessein signifie « agir sans but ». Mais en québécois, un sans dessein est un « idiot ». Agir en sans dessein, c’est donc agir en personne stupide.

— Il faut vraiment être sans dessein pour réparer un flat (crevaison) avec de la gomme balloune (chewing gum) et penser que ça va durer !

10 — Le toton par excellence

Le mot toton a plusieurs significations, dont celui de « nigaud, idiot ».

— Quel crisse de toton ! Mon avocat s’est présenté en cours avec les mauvais documents. Même les avocats de la partie adverse avaient de la peine pour moi. Et je le paye 300 dollars de l’heure. Dans le fond, c’est peut-être moi le toton ?

Le nom toton peut aussi désigner un sein. « Voir une gang (bande) de totons » n’est pas la même chose que « voir une paire de totons ».

11 — Il n’a pas inventé le bouton à quatre trous

L’expression il n’a pas inventé le bouton à quatre trous signifie « ne pas être très intelligent, ne pas être débrouillard, être empoté ». C’est l’équivalent de ne pas avoir inventé le fil à couper le beurre, une expression qui est fort peu utilisée au Québec.

— Jules est aussi fort qu’il est stupide. C’est pas lui qui a inventé le bouton à quatre trous.

Comme synonyme, nous utilisons parfois « les lumières sont allumées, mais il n’y a personne à la maison », qui est la traduction littérale de l’expression anglaise the lights are on but no one’s home.

12 — Un twit déconcertant

Un twit n’est pas un tweet même si certains adeptes des tweets sont pas mal twits. Ce mot, qui est un emprunt de l’anglais twit, se traduit par « crétin, idiot ». Twit peut être utilisé aussi bien comme nom que comme adjectif.

— T’es donc ben twit ! T’as signé le contrat sans le lire ? Mon ami, t’es vraiment dans la chnoute (crotte).

13 — Un cave sans fond

Un cave est une personne qui manque d’intelligence, de jugement. C’est une andouille.

— On passe pour des caves parce qu’on n’est pas allés dans les bonnes écoles. Pourtant, c’est nous autres qui faisons tout le travail.

L’expression avoir de l’eau dans sa cave décrit une personne qui porte des pantalons trop courts. Donc, avoir de l’eau dans sa cave donne un petit air cave.

14 — Un pas d’allure ou un sans allure

Un pas d’allure est un sans allure, c’est-à-dire un personnage insignifiant, un idiot irresponsable.

— Il s’est retrouvé en prison avec sa gang (bande) de pas d’allure. Ils roulaient dans une voiture qui n’était pas immatriculée et personne n’avait de permis de conduire valide.

15 — Le Newfie, fierté du Canada

Le nom Newfie est un terme péjoratif pour désigner un habitant de la province de Terre-Neuve (Newfoundland). Ce nom, synonyme de « personne sotte », est aussi bien employé par les Québécois que par les anglophones du reste du Canada… sauf ceux de Terre-Neuve.

Le Newfie se retrouve au centre de nombreuses blagues où l’acteur principal est un idiot. Toutefois, l’usage de cette insulte tend à disparaître.

16— Bande de gnochons

Le gnochon est une personne idiote, stupide, imbécile. Gnochon existe aussi sous la forme féminine gnochonne. Certains préfèrent niochon et niochonne. Mais les deux graphies exaspèrent autant les gens qui les rencontrent.

— Mon médecin me stresse. Il répond toujours à côté de mes questions. Un vrai gnochon. Et il a ma vie entre ses mains !

17 — C’est pas une 100 watts

L’expression c’est pas une 100 watts sert à dire de quelqu’un qu’il n’est pas intelligent, qu’il est loin d’être brillant, que ce n’est pas une lumière. « Une cent watts », c’est une ampoule électrique qui éclaire beaucoup. C’est pourquoi on emploie le déterminant « une » plutôt que « un » dans cette expression : le mot ampoule y est sous-entendu.

— Le dernier électricien que j’ai passé en entrevue, c’était vraiment pas une 100 watts.

18 — Un beau grand tata

Au Québec, le mot tata peut être masculin, car un tata n’est pas la tante de quelqu’un, mais une personne stupide. Tata comme synonyme de « tante » est très peu utilisée au Québec, alors que tata comme insulte est d’un emploi très fréquent.

— J’avais prédit que le marché immobilier allait s’écrouler à Montréal après la COVID. Avec le boom immobilier que nous vivons, j’ai l’air d’un beau tata.

Dans un registre enfantin, tata, de l’anglais britannique tata, peut aussi être un geste ou une parole qu’on emploie pour saluer quelqu’un : faire des tatas.

19 — Tu parles d’un taouin

Ne vous méprenez pas, malgré sa sonorité amusante, le mot taouin est une insulte. On dit à quelqu’un qu’il est un taouin lorsque l’on veut lui dire qu’il est idiot.

— C’est qui le taouin qui a placé les œufs dans le fond du sac d’épicerie ?

Le verbe tataouiner qui signifie « hésiter longuement avant de prendre une décision » lui est apparenté.

Étymologie du mot taouin : troncation de (ta)taouiner ; d’une langue d’oïl tatouiller, ‘faire de petits mouvements alternatifs’, et tatiner, ‘faire de petits mouvements alternatifs’.Dictionnaire historique d’Antidote

20 — C’est pas le pogo le plus dégelé de la boîte

L’expression c’est pas le pogo le plus dégelé de la boîte est un néologisme créé par la députée Manon Massé qui critiquait ainsi le budget du gouvernement Libéral.

« Ça prend pas le pogo le plus dégelé de la boîte pour comprendre qu’après avoir mis le feu à la bâtisse, c’est pas un coup de peinture et de nouveaux rideaux qui vont changer quelque chose. »

C’est pas le pogo le plus dégelé de la boîte décrit donc une personne lente à comprendre, l’équivalent de ce n’est pas une flèche.

Une boîte de pogos congelés

Les médias se sont enflammés pour cette image aussi amusante que déroutante et ils l’ont reprise abondamment. Depuis, elle a été rapidement adoptée par la population en général.

C’est l’équivalent de l’expression anglaise he is not the sharpest knife/pencil in the drawer/box, dont nous utilisons la traduction « ce n’est pas le couteau le plus aiguisé du tiroir », « ce n’est pas crayon le plus aiguisé de la boîte ».

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.