Le sens québécoise du verbe brailler

Au Québec, le verbe brailler a le sens de « pleurer », sans nécessairement posséder une connotation négative.

Guillaume Boivin a braillé pendant une demi-heure : titre d'un article de La Pressee
Après sa victoire d’étape au Tour de France, le Québécois Guillaume Boivin a braillé pendant une demi-heure. Source : La Presse

En France, brailler est synonyme de « pleurer bruyamment, se lamenter en pleurnichant ». Ces derniers sens sont parfois employés au Québec, mais ils cohabitent avec celui de « pleurer ».

Il faut donc se fier au contexte pour savoir si la personne pleure simplement ou si elle chiale. À noter que le verbe chialer, comme synonyme de « pleurer », n’est pas utilisé au Québec. Chez nous, chialer, c’est se plaindre, c’est manifester sa mauvaise humeur.

— Quand j’ai appris que mon garçon allait survivre à son accident, j’ai braillé sans arrêt pendant deux heures. J’ai failli mourir de déshydratation.

— Mes jumeaux ne braillent jamais la nuit. Tu parles d’une chance.

— Je braille tout le temps : je braille de joie, je braille de peine. Mes yeux sont de vraies champlures (robinets).

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.