Le centre d’achat

Le centre d’achat, ou centre d’achats, est simplement un centre commercial.

Ce terme est une traduction de l’anglais shopping centre. Ce calque s’est intégré à la langue québécoise, mais tend à disparaître au profit de centre commercial.

En effet, autrefois, les enseignes affichaient presque toujours « centre d’achat », mais cette pratique est de plus en plus rare. Toutefois, le terme centre d’achat reste très vivant dans la langue parlée.

Enseigne «CENTRE D'ACHATS», devant le centre commercial Maisonneuve.

Trois exemples dans la langue parlée :

— L’hiver, mes grands-parents prennent leur marche de santé au centre d’achat. Quand ils ont fini, ils vont chez Tim Hortons avec leurs amis pour prendre un café. (Prendre une marche est un calque de l’anglais to take a walk qui signifie « faire une promenade ».)

— Le boulevard Taschereau me déprime. C’est une longue succession de centres d’achat sur des kilomètres et des kilomètres, en face d’autres centres d’achat tout aussi déprimants.

— Depuis la COVID, je ne suis pas allé une seule fois au centre d’achat.

Un exemple dans la langue écrite :

Titre d'un article : le centre d'achats du mois.
Tiré d’une chronique du magazine branché Urbania.

Centre d’achat, un anglicisme ou non ?

L’emploi de la locution centre d’achat est très contesté, car plusieurs la considèrent comme un anglicisme morphologique, c’est-à-dire une traduction littérale de la forme anglaise pour créer un équivalent français. On la retrouve d’ailleurs très peu dans la langue soutenue.

Par contre, l’Office de la langue française du Québec avance une autre explication : « Le terme centre d’achats (ou centre d’achat), construit sur le modèle de l’anglais shopping center, s’intègre au système linguistique du français. Les réserves déjà émises sur l’usage de ce terme n’ont pas lieu d’être puisque le sens qu’il possède respecte le sens premier des mots qui le composent. »

Les Québécois anglophones traduisent centre commercial par shopping centre. Cette locution anglaise est un canadianisme d’influence britannique. En effet, aux États-Unis, le terme le plus fréquent pour parler de ces établissements commerciaux est shopping mall ou tout simplement mall. À noter que les anglophones canadiens écrivent habituellement shopping centre, et non pas shopping center.

Terminons l’article du centre d’achat par une chanson très populaire des années 1990, du groupe Les Colocs (colocataires).

Les paroles de La rue principale

Dans ma p’tite ville on était juste quatre mille
Pis la rue principale a’ s’appelait St-Cyrille
La coop, le gaz bar, la caisse-pop, le croque-mort
Et le magasin général

Quand j’y retourne ça m’fait assez mal
Y’é tombe une bombe su’a rue principale
Depuis qu’y ont construit le centre d’achat

L’aut’ jour j’ai amené ma bien-aimée
Pour y montrer où c’est que j’étais né
Aussitôt arrivé me v’la en beau joualvert
Ça avait l’air de Val-Jalbert

Quand j’y r’tourne ça m’fait assez mal
Y’é tombé une bombe su’a rue principale
Depuis qu’y ont construit le centre d’achat

Une bonne journée j’vas y retourner
Avec mon bulldozer
Pis l’centre d’achat y vas passer
Un mauvais quart d’heure

Avant la v’nue du centre d’achat
Sur la grande rue c’était plus vivant qu’ça
Des ti-culs en bicycle, des cousines en visite
C’tait noir de monde comme en Afrique

Quand j’y r’tourne c’est pathétique
Ça va donc bien mal su’a rue principale
Depuis qu’y ont construit le McDonald

Cinq défis de traduction de La rue principale


1 — La coop, le gaz bar, la caisse-pop, le croque-mort :

La coopérative, la station d’essence, la banque (la caisse populaire Desjardins est la principale institution financière du Québec), les pompes funèbres

2 — Depuis qu’y ont construit le centre d’achat :

Depuis qu’ils ont construit le centre commercial

3 — Aussitôt arrivé me v’la en beau joualvert :

Aussitôt arrivé, je me suis mis en colère

4 — Ça avait l’air de Val-Jalbert :

Cela avait l’air d’un village fantôme (Val-Jalbert est un village abandonné)

5 — Des ti-culs en bicycle, des cousines en visite :

Des enfants à bicyclette.

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.