Découvrez le verbe botcher et toutes ses nuances

Le verbe botcher est couramment utilisé au Québec comme synonyme de « bâcler ». Botcher signifie donc « faire quelque chose de façon négligée, à la va-vite, et sans le soin nécessaire pour accomplir correctement cette tâche ».

On retrouve rarement botcher dans la langue écrite. Toutefois, ce verbe franglais, déformation de to botch, est très présent dans la langue parlée.

Oh non ! La coloriste a botché ma couleur. J'ai l'air d'une clown.

Exemples :

— Le plombier a vraiment botché la job (le travail). Une heure après son départ, mon voisin du dessous m’a téléphoné pour me dire que l’eau coulait toujours de son plafond.

— Le chirurgien a vraiment botché mon opération. Il a oublié des gazes dans mon ventre. J’ai fait une grave infection et j’ai failli mourir.

J’ai botché mon examen. Je n’arrivais pas à me concentrer. La veille, Julie avait cassé (rompu notre relation).

Botché et botchage, deux dérivés du verbe botcher

Le verbe botcher a donné naissance à l’adjectif botché, qui signifie « bâclé » et au nom botchage, qui veut dire « travail bâclé, bâclage ».

Exemples :

— Le travail scolaire de mon fils était un exemple parfait d’un devoir botché. Et il est surpris d’avoir coulé (échoué) ! Ça lui apprendra à préférer le botchage à l’étude.

— Mon planificateur financier m’a remis un rapport botché. Il y avait même des fautes dans mon nom. C’est rien pour inspirer confiance…

— La peinture du salon était botchée. On voyait l’ancienne couleur sous la nouvelle. C’était assez laid merci !

Le botcheux : l’ami de personne

Un botcheux est une personne négligente qui fait mal son travail, qui l’exécute sans soin, toujours dans le but de s’en débarrasser. Le botcheux, ou la botcheuse, manque de professionnalisme ou d’engagement envers les tâches à accomplir. Cela se traduit souvent par un produit défectueux, un service médiocre, et de nombreux problèmes à corriger par la suite.

Exemples :

— Je ne vais plus à ce garage, le patron n’engage que des botcheux.

— Mon patron, c’est un vrai botcheux. Il n’a même pas pris le temps de se préparer avant de rencontrer les dirigeants de la banque.

— Je ne suis pas un botcheux, même si je dois avouer que parfois, je tourne les coins ronds.

L’expression tourner les coins ronds signifie « prendre des raccourcis ou faire les choses de manière rapide ou peu coûteuse en sacrifiant la qualité ou la sécurité ». Cette expression est souvent utilisée dans un contexte négatif, car elle implique que les coins tournés peuvent avoir conduit à un résultat médiocre.

Tourner les coins ronds n’est pas un parfait synonyme de botcher. Par exemple, un plombier qui tourne les coins ronds va probablement réparer la fuite, mais ne se préoccupera pas de bien finir son travail.

Dans un conflit verbal, si quelqu’un omet des détails importants dans son argumentaire pour bien paraître, on peut l’accuser de couper les coins ronds.

La botch n’a rien à voir avec le verbe botcher

Et pour terminer, une botch est un mégot de cigarette. Ce mot est probablement un emprunt au bottaz germanique, « morceau court », qui a donné butt en anglais, « bout de cigarette ».

Exemples :

— Mon grand-père fumait tellement qu’on avait l’impression qu’il avait des botchs à la place des papilles gustatives.

— Ma terrasse est couverte de botchs de cigarettes. C’est mes voisins du dessus qui fument sur leur balcon pis qui jettent leurs botchs en bas. Pourtant, me semble que le concept du cendrier, c’est pas si dur à comprendre.

— Je trouve ça triste quand je vois un robineux (un clochard) ramasser les botchs à terre pour les finir.

Source photos : Depositphotos

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.