Ça torche, l’ambiguité gênante

Au début des années 2000, les adolescents du Québec ont commencé à utiliser ça torche en lui donnant le sens de « c’est formidable », « c’est très fort ».

Malgré cela, le slogan publicitaire « Ça torche! » ne déroute pas seulement les Français. Il surprend aussi de nombreux Québécois, surtout les plus vieux.

Comme en France, le verbe torcher possède le sens d’« essuyer » ou de « mal exécuter quelque chose ». Et la forme pronominale s’en torcher signifie « s’en foutre » des deux côtés de l’Atlantique.

Utilisation du verbe ça torche dans un slogan publicitaire québécois. Un sens incompris par les Français.
Source : Grenier aux nouvelles

Certains expliquent la naissance récente de l’expression Ça torche! par le fait que le verbe torcher possède aussi le sens de « battre », même si ce sens est vieilli. Battre quelqu’un implique une domination, une supériorité. Quelque chose qui torche possède donc un avantage, est supérieur, plus puissant.

« Dans MHM, ça torche! »

Ce slogan a servi au lancement d’une campagne de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve (MHM — un quartier de Montréal — aussi appelé HoMa) visant à sensibiliser les citoyens à la propreté dans les espaces publics.

Slogan : Ça torche, lancement de campagne pour la propreté.
Source : Grenier aux nouvelles

Le slogan joue donc sur les deux sens du mot : « nettoyer » et « être extraordinaire ».

Mais cette expression ne plaît pas à toutes les générations. En effet, les plus vieux éprouvent une certaine difficulté à employer ce verbe dans ce contexte, car pour eux torcher est lié à la malpropreté et torche est une véritable insulte.

Une vraie torche

Le mot torche est parfois utilisé comme nom. Il sert alors à insulter une femme. C’est une injure très vulgaire, encore plus que traiter une Française de « grosse connasse ».

Image de la statue de la liberté portant fièrement le flambeau de la liberté. Certains donnent le surnom de « la grosse torche » à la statue de la Liberté pour jouer sur les deux sens du mot torche.
Certains donnent le surnom de « la grosse torche » à la statue de la Liberté pour jouer sur les deux sens du mot torche.

Plusieurs Québécois ont surnommé la statue de la Liberté « la grosse torche » pour jouer sur les deux sens du mot torche. C’est à la fois un jeu de mots et un éditorial politique.

— As-tu rencontré la nouvelle patronne? Elle me donne l’impression d’être une grosse torche.

— Je ne comprends pas comment mon oncle si gentil a pu épouser cette grosse torche-là.

Source des photos : Grenier aux nouvelles (l’oriflamme et et la dame au macaron) et Pixabay pour la statue de la Liberté

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.