As-tu serré la balayeuse dans le garde-robe?

As-tu serré la balayeuse dans le garde-robe? Cette question, en apparence banale pour un Québécois, recèle trois défis de compréhension pour les francophones d’Europe et d’Afrique.

Apprendre le québécois : connaissez-vous le sens de la phrase «serrer la balayeuse dans le garde-robe»?
Jules serre la balayeuse dans le garde-robe.

Le sens québécois du verbe serrer

Peu de Québécois le savent, mais le verbe serrer utilisé comme synonyme de ranger n’est presque plus en usage en France, alors que ce sens est toujours vivant au Québec.

— C’est l’heure du dodo. Serrez vos jouets si vous voulez que je vous raconte une histoire.

— Jules entretient bien la maison. Mais, bon Dieu, il ne serre jamais ses outils!

La balayeuse québécoise

En France, la balayeuse est un véhicule destiné au nettoyage des rues, tandis qu’au Québec, la balayeuse est un aspirateur domestique. Ce même mot décrit deux objets et deux formats très différents.

— Quand j’étais petit, dans les années 1950, c’était mon père qui passait la balayeuse. C’était très rare à l’époque.

— Aujourd’hui, les gens sont jaloux parce que je suis riche. Mais ils oublient que j’ai commencé comme simple vendeur de balayeuses chez Eaton (magasin à rayons aujourd’hui disparu).

L’autre sens du mot garde-robe

Au Québec, le mot garde-robe a conservé le sens de « placard ou armoire où l’on range les vêtements ». Ce sens est vieilli en Europe.

— J’aime bien les vieux appartements d’Outremont, mais dans celui-ci, le garde-robe d’une chambre est minuscule et l’autre chambre n’en contient même pas.

Pour aider les Français à distinguer « garde-robe, placard » de « garde-robe, ensemble des vêtements », notons que le premier est masculin, alors que le second est féminin.

— J’ai beau fouiller dans le garde-robe, je ne trouve plus rien à me mettre. J’ai trop grossi cet hiver. Je vais aller au centre d’achat (centre commercial) pour m’acheter une nouvelle garde-robe.

Heureusement, une Julie française serait très bien comprise par son Jules québécois si elle disait : « As-tu rangé l’aspirateur dans le placard? » En effet, l’emploi des mots ranger, aspirateur et placard est aussi très courant au Canada français.

La mystérieuse chaudière

Sur l’illustration, vous remarquerez le petit seau rouge. Eh bien, ce seau possède un autre nom au Québec. En effet, nous l’appelons chaudière.

— Après l’orage, le toit s’est mis à couler. Heureusement, nous avons eu le temps de placer des chaudières sous les fuites. Ça a limité les dégâts.

— Mon garçon s’amuse à placer des chaudières au-dessus des portes entrebâillées. Dès qu’on ouvre la porte, on reçoit la chaudière pleine d’eau sur la tête. Je ne peux pas te dire à quel point cela m’enrage.


Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.