Vivre accoté

Au Québec, le verbe accoter possède aussi le sens de « vivre en concubinage ». Nous pouvons vivre accotés, vivre en concubinage ou vivre en union de fait. Ce sont tous des synonymes. Nous pouvons aussi nous marier, bien entendu.

Dictionnaire québécois : «accoté» signifie parfois vivre en concubinage.
Julie et Jules sont accotés depuis deux ans, malgré la pression de leurs parents qui veulent qu’ils se marient.

Julie et Jules sont accotés depuis huit mois. Étrangement, c’est Julie qui ne veut pas se marier.

— Jules, le séducteur, s’est finalement casé. Il vit accoté depuis un an. Son record était de trois mois. Va-t-il tougher (durer)?

— J’ai découvert récemment que mes grands-parents ne s’étaient jamais mariés. Ils ont toujours vécu accotés, ce qui était une exception à leur époque. Ils étaient des pionniers.

— Le Québec est la province du Canada où la proportion de couples vivant accotés est la plus élevée. C’est peut-être parce que c’est la province comptant le plus d’indépendantistes qui rêvent de se séparer du Canada. Ils ne veulent rien de permanent.

S’accoter sur un mur

Le verbe s’accoter peut aussi vouloir dire « s’appuyer ». Un homme en état d’ébriété peut donc s’accoter sur sa blonde (copine) avec qui il vit accoté.

Un jour, je vais t’accoter

Le verbe accoter peut aussi être synonyme de « se montrer égal ou supérieur à quelqu’un ou à quelque chose ».

— J’espère qu’en continuant à m’entraîner aussi fort, je vais pouvoir accoter les recrues et être sélectionné dans l’équipe.

— Quand je suis allé à l’audition, je pensais être capable d’accoter les finissants de la faculté de musique. Méchante grosse erreur! Je leur n’arrive même pas à la cheville. Mon Dieu qu’ils étaient bons! Ça m’a foutu des complexes.

— Il faut que les Québécois arrêtent d’avoir des complexes. On est capable d’accoter n’importe qui dans le monde. Ce n’est pas vrai qu’on est né pour un petit pain.

L’expression être né pour un petit pain décrit le manque d’ambition, la résignation ou le fatalisme des individus.

Partagez cet article!

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir, une fois par semaine, les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris

Nous utilisons votre adresse courriel uniquement pour vous envoyer l’infolettre. Vous pouvez vous désinscrire à tout moment.