C’est presque du chinois

Ces mots et ces expressions ont été présentés dans la page d’accueil. Nous jugeons utile de les expliquer, car pour les non-Québécois, ces mots sont presque du chinois.

Trio de mots québécois

Jarnigouane: intelligence, débrouillardise.

Gnochon : personne idiote, stupide, imbécile

Patenteux : bricoleur ingénieux qui travaille avec des moyens de fortune. Patente : objet difficile à nommer ou à décrire. Patente à gosse : (péjoratif) objet inutile ou qui fonctionne mal ; ou une organisation dont la structure est inefficace, absurde.

Trio d’expressions québécoises

Avoir les yeux dans graisse de bines : avoir le regard altéré à cause de la fatigue, de l’alcool, etc. L’expression tirerait son origine de bines (haricot), beans en anglais, qui flottent dans la graisse.

« Je pense qu’on va rentrer. Julie n’écoute plus rien. Elle a les yeux dans la graisse de bines.»

C’est tiguidou laï laï : c’est d’accord, c’est réglé, c’est parfait. L’expression existe aussi dans sa forme la plus simple : c’est tiguidou.

« Tout s’est déroulé à la merveille. C’était vraiment tiguidou.»

Lâcher un gros wack : pousser un cri de surprise, de douleur ou d’avertissement. De l’interjection wa qui signifie un cri.

« J’ai lâché un gros wack quand le l’ai vu arriver le visage en sang. »

Wack peut aussi s’écrire ouack, ouac, wak. Il se prononce toutefois de la même façon ouac

[wak]dans tous les cas.

Pour que la langue québécoise cesse d’être du chinois pour vous, nous vous invitons à découvrir notre dictionnaire québécois.

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris