Ça manque de punch !

Les différents sens du mot punch sont des exemples pertinents du franglais québécois. Dans l’exclamation «ça manque de punch !», le mot punch signifie « rythme, vigueur».

Le sens du mot punch dans la langue québécoise.

Le film manque vraiment de punch!

— Les discours du nouveau ministre manquent de punch.

— L’idée du film était bonne, mais la réalisation manquait de punch.

La phrase «il manque de punch» peut aussi vouloir dire, littéralement, qu’il manque de punch (un mélange de boisson alcoolisée souvent à base de rhum, de sirop de canne et de jus de fruits), emprunt littéral de l’anglais .

Ne me raconte pas le punch

Le mot punch est aussi utilisé dans son sens anglophone de «chute d’un gag ou d’une intrigue». L’équivalant anglais est punchline, mais c’est le mot punch qui s’est faufilé dans la langue québécoise.

— J’ai ri aux éclats. Je n’avais pas vu venir le punch.

— Ne me raconte pas le punch, je n’ai pas encore vu le film !

Nous utilisons aussi «ne pas vendre la mèche» comme équivalent de «ne pas vendre le punch», mais c’est la version franglaise qui est la plus fréquente dans la langue parlée.

Le mot punch se décline aussi en verbe. Il prend alors la forme de puncher et signifie «savoir créer la surprise, produire un effet».

— La force de l’humoriste est de savoir puncher au bon moment.

— Je réécris mes vieux textes pour les puncher un peu.

Je dois puncher à la shop

Le verbe franglais puncher veut aussi dire «pointer» (à l’arrivée et au départ d’un lieu de travail).

— Je ne veux pas d’une job où je dois puncher à heures précises.

— Quand je pense que mon père a punché pendant 40 ans à la même shop (usine) !

Le mot shop est un mot anglais pris tel quel. Il est synonyme d’usine, atelier. L’usage de ce mot a énormément diminué depuis quelques décennies. D’abord, parce qu’il y a de moins en moins de shops, et aussi parce que ses équivalents français ont repris le dessus : bureau, usine, atelier, etc.

Il arrive aussi qu’on emploie le verbe puncher dans son sens anglais de «frapper».

— Je marchais dans la rue, et soudainement le passant m’a punché sans raison. Et il a poursuivi son chemin.

— Un peu plus, et je le punchais dans la face (visage).

 

Si vous connaissez des expressions savoureuses du Québec ou de partout ailleurs dans la francophonie, n’hésitez pas à les partager avec nous dans l’onglets «vos expressions» .

Inscription à l’infolettre

Inscrivez-vous à notre infolettre (newsletter) pour recevoir les nouveaux articles publiés sur Traduction du français au français.

Je m’inscris